J11 : A nous l’Etna !


cloud2

Temps variable, petite pluie vers 17h – net refroidissement – environ 20°c à Nicolosi

Aujourd’hui commence “l’attraction” tant attendue du voyage en Sicile : l’ascension de l’Etna jusqu’au sommet du volcan le plus haut d’Europe !

Petit déjeuner à 8h pétante chez Angela, puis départ en voiture à 8h30 pour rejoindre le refuge de Sapienza (environ 30 minutes de route depuis le B&B) situé à 1.900 mètres d’altitude.

Le rendez-vous est fixé sur le parking du restaurant la Cantoniera. Notre guide, Pietro, est déjà sur place en train de prendre un café.

On attend quelques personnes supplémentaires (2 couples) puis en route en mini bus jusqu’à la “roulotte” de Etna Touring, l’organisme qui va nous balader sur l’Etna.

sicile1709-01

A partir de là, d’autres groupes se joignent progressivement à nous, si bien que nous sommes une bonne vingtaine à partir pour l’ascension de l’Etna.

Nous sympathisons avec un sympathique groupe de françaises randonneuses quinquagénaires accompagnées de leur jeune et dynamique guide Joëlle. Ce groupe fait un voyage uniquement consacré aux randonnées en rapport avec les volcans d’Italie, ce qui est assez original.

Se joignent également à nous deux trailers sportifs italiens, deux couples de parisien et toulousain ainsi qu’un couple de québécois, bref une joyeuse bande bien décidée à en découdre avec l’Etna !

Etna Touring est une association de guides qui a plus ou moins le monopole sur les randonnées menant au sommet de l’Etna.

Le forfait de 85€ d’Etna Touring (voir la fiche rando sur leur site web) comprend le prêt de chaussures de randonnées (avec en prime une paire de chaussettes neuves offertes !), d’un casque ainsi que d’un coupe-vent et/ou polaire pour les étourdis qui seraient venus en tong et t-shirt.

Nous pensions pouvoir garder nos baskets de rando au pieds, mais le guide nous conseille fortement de les échanger contre de vraies chaussures de randonnée, conseil tout à fait pertinent.

Les chaussures sont en bon état et confortables, aussi rien ne sert d’emmener les siennes de France à moins d’avoir prévu de randonner régulièrement en Sicile.

Nous remplissons un formulaire (dans lequel nous déchargeons Etna Touring de toute responsabilité en cas de problème) et payons sur place notre forfait en liquide (possibilité de payer par carte bancaire à la caisse du téléphérique pour ceux qui n’ont pas assez d’espèces sur eux).

Il est environ 10h quand notre super guide Pietro commence par briefer le groupe sur l’itinéraire que nous allons suivre en s’aidant de la grande carte placardée sur la roulotte, puis tout le monde part à pied en direction du téléphérique.

Une fois en haut du téléphérique, nous sommes à présent à 2.500 mètres d’altitude, soit un gain de 600 mètres sans forcer !

Le temps s’est un peu plus rafraîchi et le vent souffle fort mais le ciel est toujours bien dégagé.

L’ascension ne fait pourtant que commencer car nous montons à présent dans de gros bus 4×4 qui vont nous amener encore plus haut, à 2.900 mètres d’altitude exactement.

sicile1709-02

A partir de ce point, il faut savoir qu’il est interdit de randonner à une altitude supérieure sans guide.

Pour celles et ceux qui sont allergiques aux guides, on peut déjà faire de superbes randonnées dans le secteur, mais c’est un peu frustrant de ne pas pouvoir aller tutoyer le monstre !

Notre randonnée proprement dite commence une fois débarqué du bus 4×4, à 2.900 mètres donc, reste à gravir 400 petits mètres pour atteindre le sommet du volcan qui culmine à 3300 mètres.

Nous marchons en file indienne au milieu des champs de lave, avec un dénivelé assez tranquille. Pas de grande difficulté pour l’instant, une marche accessible à tous. Le plus pénible étant le vent qui souffle fort, ce qui ralenti la cadence. La température quant à elle est correcte, elle doit avoisiner les 10°c.

sicile1709-04

sicile1709-05

Nous arrivons assez rapidement au sommet où flotte fièrement un drapeau italien, beaucoup de vent et de nuages et pas mal de monde, c’est un peu l’embouteillage et nous ne verrons pas grand-chose à partir de ce point.

sicile1709-06

Nous restons sur place une dizaine de minute puis repartons vers une crête, au milieu de nuages déchaînés, de vents hurlants et de puissantes émanations de souffre, sans danger d’après notre guide.

sicile1709-07

sicile1709-10

sicile1709-11

sicile1709-12

La respiration se fait difficile par moment, et nous ne savons pas où nous allons par manque de visibilité, la vidéo qui suit est assez représentative de ce que nous avons ressenti.

Les sensations sont extraordinaires : nous suivons notre guide, perdus dans les nuages, foulant un sol volcanique pour le moins inhospitalier, c’est assez lunaire !

Nous restons sur place un petit moment, guettant le moment rare où les nuages daignent découvrir pendant un bref instant sa majesté l’Etna qui s’offre alors aux randonneurs et aux flashes des appareils photos.

sicile1709-15

sicile1709-16

sicile1709-17

sicile1709-18

sicile1709-20

sicile1709-21

Nous commençons ensuite à redescendre de quelques centaines de mètres jusqu’à trouver un coin à l’abris permettant à chacun de manger son pique-nique.

Les randonneuses françaises ont tout prévu, même la bouteille de pif !

sicile1709-23

sicile1709-25

sicile1709-29

sicile1709-30

sicile1709-31

sicile1709-32

A la fin de repas, Pietro nous offre le café de son thermos puis nous repartons tout en descente découvrir d’autres cratères, puis s’approcher de la fantastique et vertigineuse vallée des bœufs.

sicile1709-33

sicile1709-35

sicile1709-38

sicile1709-39

sicile1709-40

sicile1709-41

Nous continuons la descente à pied dans des paysages extraordinaires jusqu’à 2.500 mètres, altitude à laquelle se trouve la station haute du téléphérique que nous reprenons pour regagner le refuge de Sapienza.

La dernière partie de la descente longe une piste de ski et des remontes pente, tout le monde court dans le sable et le vent, ça vaut le coup de se prendre en photo avec toute cette poussière !

Un conseil en passant, attention aux appareils photos et notamment aux objectifs, avec tout ce vent, de minuscules particules de lave volent dans tous les sens, mieux vaut avoir du matériel tropicalisé. Malgré le soin apporté à mon matériel, j’ai quand même réussi à rayer la lentille de mon objectif préféré, rayure heureusement superficielle.

La journée rando se termine au final vers 16h et a donc duré environ 6h depuis le départ du téléphérique le matin même.

En conclusion, nous sommes vraiment enchantés de cette excursion, pas donnée certes mais qu’il ne faut pas manquer. Par contre on ne saurait trop conseiller les explorateurs de se munir de protections contre sable et poussières volcaniques !

sicile1709-42

sicile1709-43

Nous avions pendant un temps envisagé de “faire l’Etna” par nous-même mais la zone est vraiment vaste et nécessite au préalable une étude minutieuse des lieux, ce qui n’est pas vraiment facile une fois sur site (aucune balise, pas de sentier clairement indiqué, et interdiction de monter au-delà de 2.900 mètres sans guide.)

Nous reprenons la voiture vers 16h30 et arrivons à Nicolosi à 17h, revant d’une bonne douche pour nous délester des kilos de poussières volcaniques !

Apéro bière bien mérité dans le jardin d’Angela au calme, puis diner au centre de Nicolosi vers 20h30. Restaurant Antico Orto dei Limoni conseillé dans les guides.

Accueil assez froid, grande terrasse couverte bien agréable au fond du restaurant. Bonne cuisine, et chose rare, digestif et petits gâteaux offerts en fin de repas, la seule et unique fois pour nous en Sicile !

Ristorante Antico Orto, Nicolosi – 36€ le repas pour deux personnes.

dodo

B&B Etna House, Nicolosi. Identique à la nuit précédente.


Leave a comment