Prora, ex station balnéaire nazi

Prora est une station balnéaire allemande, construite sous le régime nazi. Situé sur l’île de Rügen à 300 km au nord de Berlin, le complexe monumental, construit en béton de 1936 à 1939 pour l’organisation de loisirs Kraft durch Freude,  “la force par la joie”,  est un bon exemple d’architecture nationale-socialiste.

Les bâtiments s’étendent sur plus de 4,5 kilomètres et sont situés à environ 150 m de la plage. La côte offre une plage plate de sable, longue de 10 km, idéale pour y ériger un bâtiment en bord de mer. Ce complexe massif, surnommé “colosse de Rügen”, “colosse de Prora”, ou “cité balnéaire du IIIe Reich”, devait devenir la plus grande station balnéaire du monde, avec une capacité d’accueil, devant s’élever à plusieurs millions de vacanciers par an.

Ce complexe balnéaire répond à un double objectif. D’une part, il doit satisfaire la demande naissante de lieux de villégiature pour les travailleurs en vacances. D’autre part, en répondant à cet objectif social, il doit canaliser cette demande vers des structures agréées par le pouvoir. Prora est donc conçu pour loger 20 000 vacanciers, chaque travailleur du pays devant pouvoir passer des vacances à la plage.

Inauguré trois mois avant le début de la Seconde Guerre mondiale, le site n’a jamais ouvert au public. La guerre en 1939 interrompit les travaux, Adolf Hitler voulant faire du site un hôpital militaire. En 1944, le site devient en effet un hôpital pour la Wehrmacht. Les huit immeubles d’habitation, le théâtre et le cinéma restèrent des coquilles vides, alors que les piscines et la salle de spectacles n’étaient pas encore bâties.

Aujourd’hui, après des décennies d’abandon, le projet connait une nouvelle vie : en 2011, une auberge de jeunesse de 400 lits y a été ouverte, sur une portion de 150 mètres, et un vaste projet de réhabilitation en appartements et complexe hôtelier de luxe est dévoilé à l’été 2015.



Leave a comment