Route pour Calakmul


rain

Pluie non stop – environ 18°c

Ce matin nous nous réveillons sous un ciel gris mais sans pluie. La nuit et le vent n’ont malheureusement pas dissipé le mauvais temps.

Nous prenons le petit déjeuner à l’hôtel de bonne heure, vers 7h. Nous décidons de changer nos plans face à la météo et avons pour objectif de visiter le site de Calakmul dans la journée alors que nous avions au départ décider de le visiter le lendemain. Seul hic, la distance pour rejoindre le site en question, environ 300 kilomètres ou 4 heures de route, va pas falloir traîner !

Nous quittons l’hôtel et la ville de Campeche vers 8h et nous n’avons aucune difficulté à rejoindre l’autoroute du sud. Cette autoroute payante (environ 35 pesos) se termine rapidement au bout d’une quarantaine de kilomètres, puis c’est la nationale limitée entre 80 et 100km/h selon les portions. La route est de bonne qualité, et comme d’habitude rectiligne, ce qui fait que nous avançons bien. Seuls les nombreux villages à traverser font chuter notre moyenne, car les dos d’âne se passent au pas sous peine de laisser les pare chocs et amortisseurs sur place.

Nous atteignons la ville carrefour de Escarcega vers 10h30 où nous faisons le plein d’essence. Dans notre parcours en forme de carré, nous venons de boucler deux cotés de trajet. Désormais, cap à l’ouest en direction de l’état de Quintana Roo. Une fois le plein effectué, nous reprenons la route en direction de Calakmul, et nous faisons un point timing pour évaluer notre progression, notamment à l’aide du GPS qui nous indique arriver sur place vers 13h si tout va bien. C’est un peu tard pour commencer une journée de visite, surtout que le site ferme à 17h, aussi nous décidons de changer nos plans à nouveau et de rester autour du village de Xpujil pour le reste de la journée.

Nous atteignons ce même village vers 13h où nous allons déjeuner dans un restaurant bien calme (hôtel Calakmul) mais bon et pas cher.

Vers 14h, nous commencons la visite de deux sites pré-hispanniques : d’abord le site de Becan, puis celui de Chicanna, l’un étant distant de l’autre de quelques kilomètres seulement. Ces sites sont très calmes, très peu de touristes, et pourtant ils valent vraiment le coup. Becan, notamment, est relativement vaste et bien conservé.

Calakmul
Calakmul
Calakmul
Calakmul
Calakmul
Calakmul
Calakmul

Nous terminons les visites vers 16h30 et rejoignons notre halte pour la nuit, les bungalows Rio Bec Dreams situé à seulement 2 kms de Chicanna. Les « jungalows » (bungalows dans la jungle) sont confortables, mais pas de fenêtres, de simples moustiquaires avec de menus rideaux, et avec 18°c dehors et une pluie non stop, autant dire qu’il ne fait chaud. Et dire qu’on ne pouvait pas dormir avec la chaleur étouffante il y avait seulement 2 jours !

Calakmul
Calakmul
Calakmul

De plus, la pluie fait remonter dans le bungalow une odeur d’égout pas très agréable. Bref, c’est surement chouette avec du beau temps, mais nous, on sera content de lever l’ancre le lendemain, en espérant que la pluie cessera !

Comble du comble, les propriétaires ont distribués des couvertures dans tous les bungalows à cause de la nuit fraîche qui s’annonce.

Calakmul

dodo

Rio Bec Dreams


Commentaires (1)