Randonnée Fushimi-Nari, bains japonais, Dîner ***


cloud3

10 ° C – Fraîche journée, vent glacial

Aujourd’hui c’est notre dernier jour à Kyoto. Lors de notre premier voyage, faute de temps, nous avions manqué une chouette randonnée surnommée la ballade aux milles toris, pas question cette fois ci de la rater !

Cette courte et facile randonnée (environ 3 heures d’un pas très tranquille) traverse forêts et collines au sud de Kyoto et le chemin qui fait une boucle est quasi exclusivement bordé de Tori, portique que l’on trouve habituellement à l’entrée des sanctuaires Shintô et qui indique que l’on pénètre dans un lieu sacré.

Ici, il y en a partout, souvent très serrés les uns des autres, il y a aussi beaucoup de monde car le lieu est assez magique, et la ballade prend de la haut et permet d’avoir une vue surplombante de Kyoto.

jap2012-103

jap2012-106

jap2012-107

jap2012-109

On termine la rando vers 12h30 environ, il est temps de manger ! Au bas du chemin de randonnée, tout près de la gare, une multitude d’échoppes et de boutiques de souvenirs, on repère un petit restaurant spécialisé dans l’anguille, très bon ! Comme d’habitude, un « english menu » pour touriste, sauf qu’ici le mot touriste n’a pas forcément une connotation péjorative.

jap2012-112
Anguille – ou Unagi – sur bol de riz
jap2012-113
Soupe de sobas

L’après midi, on sait pas quoi vraiment faire, il y a un vent glacial et on est vraiment fatigué, on reprend donc le train direction notre hôtel mais en faisant un dernier crochet par Gion histoire d’admirer encore une fois les cerisiers de Kyoto, toujours aussi magnifique !

jap2012-115

jap2012-116

jap2012-117

Après une pause café dans un salon de thé, on décide de rentrer se reposer un petit peu, sur le chemin du retour nous croisons notre hôte qui nous propose de nous accompagner aux bains publics sur notre demande, on avait envie d’essayer les bains très populaires au Japon, que l’on trouve quasiment à tous les coins de rue, étant donné qu’il fait assez frisquet, un bain à remous et un bon sauna nous remettrait d’aplomb.

L’entrée coûte environ 400 yens soit un peu moins de 4 euros, par contre on est vraiment intimidés car il n’y a que des japonais et des usages à respecter que l’on ne connaît pas vraiment, on nous regarde un peu comme des bêtes curieuses, du coup on ne traîne pas.

Direction l’hôtel pour se changer puis en route vers 18 heure à pied pour trouver notre restaurant réservé deux mois à l’avance : Kikounoï, 3 étoiles au guide Michelin !

L'entrée du Kikunoï
L’entrée du Kikunoï

Nous avons réservé pour 19 heures et on arrive avec un quart d’heure avance, au cas ou on nous piquerait notre table !

C’est une petite maison sur les hauteurs de Kyoto en pleine nature, une hôtesse nous guide vers notre table qui sera en fait une petite pièce privative donnant sur un jardin extérieur sans aucun vis à vis, impressionnant !

Pas de table classique mais ne table basse japonaise, et on mange assis sur les tatamis.

jap2012-119

On découvre le menu (en anglais, ouf !) et on se demande si on va arriver à manger tout ça, pas moins de 12 plats à déguster.

JAP kikunoi menu copie

Il s’agit de la cuisine « kaiseki », une cuisine très fine qui accorde saveur, texture, couleur et forme en fonction de la saison. On a donc mangé un menu spécial « mois d’avril ». Et voici le détail des plats !

jap2012-120
Concombre de mer et pousses d’orchidée
jap2012-121
Saké chaud
jap2012-122
Plat ou paysage ? Assortiment d’entrées
jap2012-123
Sashimis variés
jap2012-124
Sashimis de thon
jap2012-126
Bouillon de gingembre, riz gluant, feuilles de cerisier
jap2012-127
Brochettes de tofu et de pousse de bambou
jap2012-128
Truite et purée de radis, jus d’orange de Séville
jap2012-129
Sorbet de fraise Wasabi

jap2012-130

jap2012-131
Salade poulpe
jap2012-132
Fondue japonaise
jap2012-133
Petits poissons à faire cuire dans la fondue
jap2012-134
Le dernier plat avant le dessert
jap2012-135
Glace pistache dans une soupe de mangue : miam miam !
jap2012-136
Thé vert…
jap2012-137
…et petits gateaux
jap2012-138
Le téléphone dans un coin de notre salon privatif, il faut appeler le « 0 » une fois que l’on a terminé son repas !

L’addition est salée : 15 000 yens par personne, soit environ 110 €, mais ça on le savait car le prix est unique, on choisit juste le niveau de menu que l’on souhaite, pas de carte. Nous avons pris le menu Kaiseki le moins cher, les différents menus allant de 15 000 à 30 000 yens par personne. On repart à pied repu pour regagner notre hôtel. La nuit est belle et il ne fait pas froid ce soir !

jap2012-139

dodo

Yumiya Komachi – Kyoto. Identique à la nuit précédente.


Laisser un commentaire