Une semaine à Ténérife


Tenerife fait partie de l’archipel des îles Canaries, situées dans l’océan Atlantique et faisant partie de l’Espagne. Elle cumule les records en tout genre : plus grande île de l’archipel, la plus peuplée (pratiquement 1 million d’habitants) mais également la plus haute de toute l’Espagne avec son volcan endormi, le Teide culminant à 3 718 mètres d’altitude.

Une grande diversité de paysage et un climat propice toute l’année en font une destination touristique mondiale de premier plan qui ne cesse d’attirer année après année d’avantage de touristes essentiellement européens à la recherche de soleil et de vacances à bon prix.

Nous avons effectué deux séjours à Tenerife en mars 2009 et février 2011 (quand il fait froid et gris en France) avec pour objectif de faire un peu de plage, pas mal de randonnée et de goûter aux spécialités culinaires de l’île et nous n’avons absolument pas été déçus !

Certes, le tourisme de masse (et quel tourisme de masse !) est présent à l’extrême sud de l’île (secteur de Playa de Las Americas) mais hormis cette “verrue”, le reste de l’île est absolument magnifique !

 

 La carte du voyage

 

Où se loger – quelle formule choisir ?

Par facile de trouver l’hébergement de ses rêves à Tenerife. Beaucoup de séjours sont vendus “clés en main” avec un package vol+hôtel voire en formule tout compris “all inclusive”.

C’est souvent l’occasion de partir une semaine à moindre frais (quand les prix sont cassés) mais l’effondrement du tourisme à destination des pays d’Afrique de nord fait que les Canaries sont une destination de plus en plus populaire, et les bonnes affaires de plus en plus rare.

Pour loger dans un secteur “tranquille” loin des énormes resorts et des bars à bières alignés les uns à la suite des autres, il suffit d’éviter le secteur très urbanisé de Los Cristianos / Playa de las Americas et dans une moindre mesure de Costa Adeje, secteur qui comme le montre l’illustration ci-dessous, ne constitue qu’une toute petite partie de l’île :

Le “bronze cul” de l’île n’est concentré que sur une toute petite partie de Ténérife

 

En dehors de ce secteur et de la capitale pas folichonne de Santa Cruz au nord, il est possible de trouver de chouettes hébergements.

Le vrai dilemme réside plutôt entre la région sud et nord. Le nord de l’île est beaucoup moins touristique, assez montagneux et beaucoup plus pluvieux que le sud, le brouillard n’y est pas rare les mois d’hiver. Si l’on considère Tenerife comme un canard, alors le nord c’est en gros la tête du canard !

Le sud de l’île est plus approprié pour des vacances moins sportives, ou alors tournées vers les sports balnéaires.

Le secteur d’El Médano est selon nous le meilleur compromis : repère de surfeurs (mais pas trop quand même), belle et grande plage relativement sauvage (peu urbanisé), petite ville tranquille pour y boire un verre et beau temps assuré toute l’année ! Coin d’avantage fréquenté par les locaux que par les touristes, un brin bas bas cool, des vacances tranquilles quoi !

Nous avons testé deux hébergements lors de nos deux séjours à Tenerife, en restant chaque fois une semaine à chaque endroit.

 Hôtel rural Senderos de Abona, Granadilla de Abona.

Un petit hôtel tenu par une famille des Canaries, très bonne ambiance et bonne table (restaurant bondé le soir) – chambre de bon confort (mais simple) et prix correct.

Idéalement situé à seulement 15 minutes de route de la station balnéaire d’El Medano (l’un de nos coins préférés pour la plage) et suffisamment en retrait pour être très calme la nuit. L’inconvénient étant qu’il n’y a rien à faire en soirée sur place, on choisira donc ce type d’hébergement si on est motorisé et comme camp de base pour explorer le reste de l’île dans la journée.

 Sunset View Club By Diamond Resorts, Golf del Sur

Sous un nom très pompeux se cache une série d’appartements modestes à louer pour la semaine mais tout confort : kitchenette équipée, chambre séparée et grand balcon plein ouest idéal pour les apéros !

Insonorisation moyenne tout de même avec les appartements mitoyens, mais vu la moyenne d’age des résidents du coin, pas de risque de fêtes jusqu’au bout de la nuit !

L’emplacement est également très bon, dans une petite station balnéaire (Golf del Sur) assez calme et pas trop bétonnée, avec tous les commerces et supermarchés sur place et suffisamment de places de parking gratuit pour se garer sans tourner pendant des heures. Plage à proximité immédiate (quelques minutes de voiture) mais encore une fois voiture nécessaire, ce n’est pas un hébergement “les pieds dans l’eau”. De plus, rien n’est inclus, il faut se préparer ses petits déjeuners et autre repas soi même. A deux pas de l’aéroport de Tenerife Sud mais sans en subir les nuisances (pas dans l’axe de la piste).

 Location de voiture et conduite à Tenerife

Conduire à Tenerife ne présente aucune difficulté, les routes sont en bon état et les automobilistes sont plutôt cool. Une autoroute principale gratuite assez chargée – la TF1 relie le nord au sud ouest de l’île. Le prolongement est en cours et à terme, elle sera probablement reliée à la TF-5 formant un immense périphérique ! De mémoire il est possible de rallier le nord de l’île et sa capitale Santa Cruz depuis les stations balnéaires du sud en environ 1 heure de route.

Pour se faire gentiment “peur au volant” avec des routes de montagnes escarpées façon montagne russe, ne pas hésiter à aller taquiner le bitume du coté de la TF-436 au nord ouest de l’île et sur les routes menant au phare de Punta de Teno.

Amis français (et surtout parisiens), l’Espagne est un pays courtois et civilisé : on s’arrête systématiquement aux passages piétons, que ces derniers soient engagés ou pas, d’ailleurs les piétons s’engagent spontanément pour traverser sans se soucier des voitures, alors prudence !

Concernant les agences de location, la plupart sont disponible dans le terminal de l’aéroport (quelque soit l’aéroport, Tenerife Nord ou Sud).

 

 Une sélection de belles randonnées à la journée

Tenerife est un petit paradis pour les randonneurs à condition d’être motorisé pour rejoindre les chemins de randonnée parfois assez excentré.

Les niveaux de randonnée sont variés et il y  en a pour tous les gouts, il suffit de consulter la carte du guide Rother pour se rendre compte de la variété des randonnées difficile (rouge) à très difficile (noire) proposées dans ce secteur.

Les randonnées proposées par le guide Rother

Le Parc National du Teide

Sans aucun doute l’endroit le plus fascinant de l’île, car il abrite entre autre le célèbre volcan Teide qui culmine à plus de 3700 mètres en faisant le sommet le plus haut de toute l’Espagne. Le parc s’étend sur une immense caldera propice aux arrêts photo et aux courtes randonnées. Il y règne une ambiance assez spéciale, avec un climat assez rude les mois d’hiver et des nuages montant de la côte qui peuvent rapidement envahir la zone d’un brouillard inquiétant.

Le “clou du spectacle” étant le téléphérique permettant de se rapprocher du sommet sans effort. Une fois en haut, il reste quelques mètres à gravir pour vraiment atteindre le sommet mais attention, le sentier est très fréquemment fermé les mois d’hiver à cause de la neige et du verglas.

Il fait frisquet au sommet du téléphérique les mois d’hiver avec la terrasse clairement gelée !

De nombreux sentiers partent également de la Caldera le long de la route principale et permettent d’explorer des coins un peu plus retirés. Le temps peut changer rapidement, notamment l’après midi où les nuages et le brouillard peuvent rapidement envahir la zone.

Roques de García

Dans le parc national de Teide, une randonnée spectaculaire ! Ne pas se laisser impressionner par la foule et les bus de touristes au premier abord qui viennent uniquement prendre en photo le célèbre rocher, dès que l’on fait quelques centaines de mètres, on se retrouve seuls au milieu de la nature !

Pour les plus anciens qui auraient connu les Pesetas, ancienne monnaie espagnole, on retrouve l’effigie du parc et les fameux Roques de Garcia sur le billet de 1000 pesetas, ce qui explique en partie son grand intérêt touristique.

Barranco del Infierno, Costa Adeje

Fermé pendant de nombreuses années à cause des risques d’éboulement, le “ravin de l’enfer” est une randonnée courte et facile où seulement 300 personnes par jour sont admises. La randonnée permet d’atteindre une modeste cascade, le retour se faisant par le même chemin qu’à l’aller.

Réservation obligatoire sur le site dédié. Pas la plus belle randonnée selon nous car trop de monde, plus typé attraction touristique que véritable paradis pour randonneurs avertis,  on reste un peu sur sa faim niveau difficulté même si le paysage est superbe.

Gorges de Masca, Masca

Probablement la plus belle randonnée de Tenerife selon nous et relativement facile car tout en descente si on la fait dans un seul sens comme le font la plupart des randonneurs. Pour les plus courageux, possibilité de faire un aller retour, mais alors la remontée doit être rude surtout en plein cagnard !

Le plus compliqué étant d’organiser la logistique pour effectuer cette rando : on conseille de laisser son véhicule dans le port de Los Gigantes ou à proximité et de sauter dans un taxi (réservation possible à l’avance) qui nous mène au village de Masca pour un prix raisonnable (superbe route panoramique). De Masca le sentier est indiqué, tout en descente jusqu’à la petite plage déserte de Masca où il est possible de prendre un bateau qui retourne au port de Los Gigantes où on peut ainsi récupérer son véhicule.

Bien calculer son temps en fonction des horaires des bateaux. Sur le chemin du retour, “mini croisière” qui longe les impressionnantes falaises bien nommées de Los Gigantes (les géantes)

Randonnée assez facile donc, car toute en descente mais il vaut mieux avoir de bonnes chaussures de randonnée car le chemin est de mémoire assez rocailleux.

 

Paisaje Lunar | Los Escurriales, Vilaflor

Une randonnée un peu bidon selon nous, même si très agréable car on évolue au milieu des forêts de pins. Par contre les soi-disant “paysages lunaires” sont très décevants et difficile d’accès. Le rendu est bien meilleur en photo qu’en réel.


Mirador Montaña Roja

Randonnée courte et facile dans le secteur d’El Medano à la pointe sud de l’île offrant un joli point de vue sur la région depuis son sommet. La montagne rouge est une curiosité géologique, cette petite montagne fortement érodée est en fait issue de l’activité volcanique de l’île. Belle vue panoramique sur le sud de l’île et l’aéroport, avis aux plane spotters !

 Quelques paysages spectaculaires.

Pour celles et ceux qui n’aiment pas trop marcher mais veulent quand même en prendre pleins les yeux, il est possible

El Mirador Archipenque

Situé à deux pas de Puerto de Santiago sur la cote ouest de l’île, ce mirador offre une vue époustouflante sur les falaises des géants, “los Gigantes”. La visite peut se combiner avec la ville de Puerto de Santiago et la randonnée de Masca décrite un peu plus haut.

Punta de Teno

Le “bout du monde” de Ténérife. Situé à la pointe ouest de l’île, assez difficile d’accès (voiture obligatoire). Route étroite impressionnante à flanc de falaise. Pas grand monde, mer souvent déchainée, superbe coucher de soleil, un petit air de Bretagne au large de l’Afrique !

 

 Où aller bronzer à Tenerife ?

Playa Tejita

Les amateurs de belles plages de sables fins s’étendant sur des kilomètres ne trouveront pas leur bonheur à Ténérife. C’est sur l’île de Fuerteventura que les plages sont probablement les plus impressionnantes.

Il existe cependant quelques plages vraiment chouettes, cet article en espagnol propose par exemple le top 10 des plages à Ténérife.

Selon nous, les meilleurs plages sont celles d’El Medano et de Tejita adjacente à la première. Beaucoup d’espaces, pas trop de monde, situées au sud d’où soleil garanti la plupart du temps et mer propice à la baignade.

Certaines plages dans la partie nord de l’île semblent sublimes également mais nous n’avons pas eu la chance d’explorer cette partie de l’île durant notre séjour.

 

 Guide de voyage

Avis aux amateurs de randonnées ! S’il ne fallait prendre qu’un guide, c’est le Rother qu’il vous faut !

Offrant toujours une vue sur l’étendu de l’océan, l’éventail des 80 randonnées présentées va des sentinelles faciles jusqu’aux falaises abruptes en passant par des promenades paisibles dans les hauteurs ou des montées vers les sommets offrants de belles vues – des parcours de randonnées à travers des forêts sauvages féeriques brumeux ont été pris en compte tout comme les caminos partiellement munis de pavés qui représentaient les liaisons principales entre les villages dans le passé. Beaucoup de parcours proposés dans ce guide de randonnées conviennent donc parfaitement aux randonneurs moins expérimentés. Les alpinistes ne craignant pas les »parcours de force« et supportent un soupçon d’aventure et de frissons trouvent également tout un éventail de choix de parcours : des randonnées téméraires sur des falaises, des parcours spectaculaires dans des gorges et de longues excursions dans les montagnes, dont l’apogée est certainement le sommet de parade du parc national.
Des images d’ambiance et d’excellentes cartes de randonnées à l’échelon idéal 1:50.000/1:75.000 complètent l’impression et donnent envie à des excursions toujours nouvelles dans ce monde délicieusement bizarre des montagnes. Un guide des randonnées mis à jour et réussi sur tous les plans où tout un chacun trouve son bonheur !

Ce guide d’origine allemande propose une série de 80 randonnées plus ou moins longues et difficile que l’on peut panacher en fonction de son niveau de marche et temps sur place. Carte détaillée et itinéraire expliqué, de plus le format est vraiment pratique, le guide est résistant et tient dans la poche !

 

On conseille également le petit guide Tenerife en quelques jours aux éditions Lonely Planet.

Un guide tout en couleurs, concis et ultra pratique pour un séjour de courte durée sur la plus grande et la plus connue des îles Canaries.
Tous les principaux sites décryptés : l’espace des Arts et le musée d’Histoire naturel et de l’Homme à Santa Cruz de Tenerife, le musée d’Histoire à La Laguna, le jardin botanique à Puerto de la Cruz, la Casa de Los Balcones à La Orotova, le parc national du Teide…
Un découpage de l’île en six chapitres centrés sur les principales zones d’intérêt de l’île : Santa Cruz de Tenerife la dynamique capitale, La Laguna superbe ville coloniale, Puerto de la Cruz charmante cité balnéaire de la côte nord, La Orotova autre très belle ville coloniale sur la côte nord, Playa de las Américas et Costa Adeje les hauts lieux balnéaires de la côte sud, Los Cristianos la destination familiale par excellence sur la côte sud.
Un focus sur le Pico del Teide, sommet le plus haut d’Espagne qui offre aux marcheurs de superbes opportunités de randonnée.
Plusieurs suggestions de parcours et d’itinéraires thématiques : itinéraire gourmet à La Laguna, marche dans les monts Anaga, à la découverte du village de Garachico…
Une sélection des meilleures plages, randonnées, jardins, sorties avec des enfants, activités nautiques…
De nombreuses cartes et un plan détachable de l’île avec les principaux sites.

 

Que mange t’on (et que boit t’on) à Tenerife?

Pour tout savoir sur la gastronomie à Tenerife et sur les îles Canarries en général, consultez notre page spéciale dédiée à Lanzarote ! La gastronomie est grosso modo la même quelque soit l’île visitée.

 

 

 Si c’était à refaire….

Qu’aurions nous fait de différent avec un peu de recul après notre semaine à Tenerife :

  • Nous conserverions la durée idéale d’une semaine pour découvrir Tenerife, mais pas plus. Ou alors nous combinerions plusieurs îles sur une durée plus longue aux Canaries
  • Nous aurions exploré d’avantage la région nord du pays, plus sauvage et plus propice à la randonnée mais qui malheureusement assez grise et pluvieuse surtout en dehors des mois d’été.
  • Nous aurions peut être cherché un logement encore plus tranquille quoique Golf del Sur est un bon compromis entre les usines à touriste et le petit village paumé.
  • Nous aurions consacré quelques jours à la minuscule île de la Gomera, cela sera pour un prochain voyage !

L’île de la Gomera visible par beau temps depuis la route du Teide


Leave a comment