Téguise, fondation Cesar Manrique, Teneza


cloud1

Couvert le matin – beau temps l’après midi – couvert en soirée – beaucoup de vent – 22°c

Après une bonne nuit de sommeil réparatrice (l’hôtel est très calme), petit déjeuner vers 9h puis direction la ville de Téguise au centre de l’île, ancienne capitale de Lanzarote. Le dimanche, c’est jour de marché, et tous les guides touristiques indiquent que c’est le jour où il faut visiter Téguise.

En chemin, nous bifurquons sur une petite route de terre menant à un champ de lave au sud du parc de Timanfaya. Après quelques dizaines de mètres seulement de la route principale, nous voici en plein désert seul au monde !

Nous arrivons assez tôt à Téguise et c’est effectivement l’affluence monstre. A l’entrée de la ville, plusieurs immenses parking et rabatteurs attendent les visiteurs. Que se passe t’il ? C’est la fête de l’année qui se prépare ? En tout cas le ciel est plutôt menaçant ce qui a du convaincre pas mal de touristes de quitter la plage pour se rendre à Téguise comme nous.

A l’entrée sud de la ville, un “jardin musée” d’un artiste local plutôt excentrique qui semble vivre sur place

La ville (ou plutôt le gros village) est très agréable, avec ses rues piétonnes et ses petites maisons blanches, on se croirait presque au Mexique. Le marché quand à lui ne présente pas d’intérêt particulier, c’est un marché disons pour touristes mais cela constitue une ballade sympa pour un dimanche matin. D’ailleurs l’un des stands et ses drapeaux sur la place du village nous rappellera le type de population visée comme l’illustre la photo qui suit !

Nous quittons Téguise vers midi et comme il est encore un peu tôt pour manger, nous décidons d’aller visiter la fondation Cesar Manrique, artiste emblématique de l’île de Lanzarote.

L’ancienne maison de l’artiste est désormais une fondation ouverte au public où il est possible de déambuler et de découvrir les oeuvres de Manrique, mais aussi l’originalité de sa maison qui semble se fondre dans la lave. Les jardins qui l’entourent valent également le coup d’oeil !

– Fondation César Manrique – entrée 8€ pour un adulte.

Nous quittons la fondation pour rejoindre la station balnéaire de Playa del Carmen, beaucoup plus animée que Playa Blanca que nous avions visité la veille. C’est en plus jour de carnaval et les visiteurs sont nombreux près du port de pêche du village.

Le port de Playa del Carmen en plein boum !

Selon les conseils du petit futé, nous allons déguster quelques tapas dans le bar/restaurant typique Lonja de Fo de Puerto del Carmen.

C’est l’affluence vers 14h mais nous trouvons quand même une table sans trop de mal. Un endroit sympa, fréquenté essentiellement par les locaux, et à prix raisonnable. Probablement les meilleurs tapas que nous aurons mangé sur l’île.

 – La Lonja, Puerto del Carmen (face au port) – 2 canas, puntillas de calamares, pimientos de padro et pulpo salpicon à partager pour environ 22€

Nous reprenons ensuite la route, direction le centre de visiteur de Mancha Blanca (dans le parc national de Timanfaya) afin d’obtenir quelques renseignements sur une randonnée que nous souhaitons faire dans les prochains jours. C’est ici que nous récupérons une brochure en français sur la parc et les randonnées à effectuer. 

 Cliquez ici pour accéder à la page de téléchargement des brochures du parc de Timanfaya

Le centre de visiteur est flambant neuf, avec une exposition sur le volcanisme très intéressante. Il est toutefois trop tard en ce qui nous concerne pour commencer la randonnée qui nous intéresse aujourd’hui.

On nous conseille sur place de pousser jusqu’au petite village de Teneza à quelques kilomètres de là, qui semble comme figé dans le temps, le village du bout du monde où personne ne semble habiter.

Les vagues sont ici déchaînées et le ciel nuageux distille une ambiance particulière au lieu, une ambiance presque “finistérienne” pour les bretons !

Nous regagnons El Golfo vers 18h pour nous reposer un petit peu après une première journée de visite bien remplie et profiter du spectacle de la mer déchainé, le vent ne faiblit toujours pas en début de soirée.

Le village d’El Golfo est également réputée pour sa curiosité géologique qui déverse des flots d’autobus de touristes dans la journée : la lagune verte, splendide !

Nous retournons au restaurant Costa Azul où les serveurs ont sorti les lampadaires chauffants sur la terrasse, il ne fait vraiment pas chaud ce soir. Nous testons la Paella, vraiment très bonne !

 – Restaurante Costa Azul, El Golfo. Paella de pescado y marisco, 17€ par personne.

dodo

Hotelito del Golfo, Lanzarote. Identique à la nuit précédente.


Leave a comment